Hommage à Yves Samson (1934-2008)

Témoignage d'un collègue et ami

 

Présentation

J'ai connu Yves Samson en 1985. Il suivait alors lui aussi des cours d'autodéfense avec Marielle Bergeron. Il est devenu un ami très proche, surtout après 1992.

Quand je l'ai connu, Yves travaillait comme technologue. Il réparait différents équipements d'usine et d'hôpitaux, sur demande.

Avant cela, il avait été représentant pour la compagnie IBM et il avait aussi enseigné dans une école de technologie à Québec. Il avait contribué, au début des années 1960, à l'installation des premiers ordinateurs à l'Université Laval et aussi au gouvernement du Québec. Je rapporte ces informations de mémoire, en me basant sur ce qu'il m'avait lui-même dit.

 

Yves Samson à un mariage, photo © Pierre Morin et Thérèse Morin 1996

Yves Samson
à la réception du mariage
de Pierre Morin
et de Thérèse Morin,
le 11 mai 1996.
Photo © Pierre
et Thérèse Morin 1996.

 

Yves Samson dans les arts martiaux

J'ai beaucoup plus connu Yves Samson dans le cadre de la pratique de l'autodéfense (jiu-jitsu).

Yves a commencé ses cours de jiu-jitsu en 1984. Marielle Bergeron a été son premier instructeur.

Nous avons appris les techniques de la ceinture orange dans le même cours et progressé assez parallèlement au cours des années. Il était très assidu et il suivait les directives avec attention.

J'ai obtenu ma ceinture noire quelques années avant Yves et j'ai commencé à donner des cours, d'abord de niveau débutant, puis de niveau intermédiaire et de niveau avancé, spécialement à des clientèles de soir et de fin de semaine, d'entraînements dirigés et de cours d'été. Yves m'a le plus souvent assisté dans cette tâche au cours des années 1993 à 1996. Très respectueux des personnes et toujours disponible, il a été un collaborateur de tous les instants. Il était méticuleux et très précis et il avait une connaissance approfondie du corps humain.


Yves Samson, au centre, contre deux attaquants, photo © Studio québécois d'autodéfense 1995

Ici, Yves Samson, au centre, se défend contre deux attaquants audacieux - Pierre-Martin Tardif et Gilles Fiset - lors de son examen de ceinture noire au PEPS en août 1995. Photo © Studio québécois d'autodéfense 1995.


Yves Samson a obtenu son grade de ceinture noire en 1995, à l'âge de 61 ans. C'est la personne qui, dans notre style, celui du Tai Jitsu du Studio québécois d'autodéfense, détient le record de l'âge le plus avancé au moment de son examen de shodan. Son partenaire était Donald Trudel.

Yves Samson a participé, avec Donald Trudel et moi-même, à la préparation d'un programme adapté d'autodéfense, qui a été offert au PEPS pendant la session d'été 1996. C'est Yves qui a enregistré sur vidéo les techniques préparées et exécutées par Donald et moi. Ces techniques couvraient les trois premiers grades et étaient destinées à des clientèles qui sont presque toujours délaissées dans les cours d'arts martiaux, pour diverses raisons: manque de souplesse, lenteur d'exécution, peur des chutes, etc. Nous considérions, quant à nous, que ces personnes avaient elles aussi, et peut-être plus que d'autres, des besoins en termes de défense personnelle.

À la fin d'août 1996, Donald Trudel, Yves Samson et moi avons fondé ensemble le Club d'autodéfense Sylvain, Samson, Trudel, qui a donné des cours de 1996 à 1999 au Cégep de Sainte-Foy. Pendant cette période, les participants de notre club ont obtenu des grades de ceinture jaune, orange, bleue, noire et noire 2e dan. Pierre Michel et Marielle Bergeron étaient toujours des invités d'honneur à notre club et partageaient leur philosophie et leur grand savoir-faire technique.

Par la suite, Donald, Yves et moi avons dû cesser l'opération du club, mais sommes demeurés en contact. Yves avait une grave maladie qui l'a progressivement amené à une retraite forcée et à une invalidité complète. Son esprit demeurait vif, mais son corps ne suivait plus. J'ai assisté au cours des années à la progression de sa maladie, au déclin de sa vie et de sa capacité à communiquer.

 

Yves Samson, son héritage spirituel

Yves Samson avait de grandes qualités, évidentes à tous ceux qui faisaient sa connaissance. Qu'il suffise de mentionner sa serviabilité, son humilité, son sens du devoir, son grand respect des autres et son honnêteté sans failles.

Mais, pour ceux qui l'ont mieux connu, Yves était aussi un esprit brillant et il avait une culture exceptionnelle. Discuter avec lui exigeait toujours un effort parce qu'il amenait tous ses arguments, il construisait sans cesse des raisonnements complexes fondés sur un grand nombre d'observations, il citait tous les faits pertinents, utilisant même les plus infimes, et, enfin, il ne se contentait jamais des préjugés, des clichés et des opinions préfabriquées ou à la mode. Finalement, il nous menait à des conclusions inattendues, il adoptait des vues originales et dérangeantes, absolument pas banales. Un jour, il m'a, par exemple, présenté, avec des arguments, ce qu'avaient dû être les débuts de l'existence de Dieu.

Yves Samson pouvait discuter intelligemment et en citant des faits précis sur tous les sujets possibles. Il connaissait l'astronomie, savait comment calculer la mise en orbite des satellites. Il était au fait des mythes qu'on dit primitifs, dans lesquels il voyait éventuellement des réminiscences d'anciennes connaissances et techniques, même oubliées de ceux qui les rapportaient. Il connaissait bien l'électricité, les systèmes économiques, la médecine, les autres religions, l'histoire et les mathématiques. En fait, je pense qu'il était un génie universel, en tout cas je n'en ai pas connu d'autre.

Tout cela, il nous en faisait le don, jour après jour, à nous, ses amis proches. Je garderai longtemps le souvenir de son amitié et de son dévouement. Je me rappellerai nos conversations comme un précieux héritage culturel et intellectuel.

Yves Samson est décédé le 5 décembre 2008, à l'Hôpital général de Québec, laissant dans le deuil quatre neveux. Son décès est passé inaperçu de nous tous qui avions longuement partagé avec lui nos activités de jiu-jitsu. Je l'avais vu la dernière fois à l'automne 2008.

Plusieurs le regretteront, du moins ceux qui auront pu approcher cette personne unique qui était un grand ami. Il me manquera énormément et je tiens à lui rendre pour toujours cet hommage qu'il mérite.




Page hommage créée par Gaston Sylvain, Ph.D.,
à Québec, le 11 septembre 2009

Page mise à jour le 6 avril 2012

Retour à la page des hommages
Page d'accueil de Gaston Sylvain