Hommage à Vincent Morinville

Poème

 

Pour un bout d'existence
À Vincent Morinville,
d'un enfant qu'il a fait revivre

Je t'ai rencontré
Tu m'as accompagné
Des mois et des années

J'ai pu crier
Mon être terrorisé
Dire les mots honteux
Folie, colère, révolte
Méfiance et haine
Et toujours l'angoisse

Le premier, tu m'as laissé
Pleurer mes désespoirs
Sortir de l'isolement

J'ai retrouvé en moi
L'enfant blessé
Et l'enfant joyeux
Jouant dans l'herbe
Avec son chien

J'ai vu mon cœur
Entrevu mon être
Cassé par les préceptes
Les fausses idées
La religion
Les certitudes

Écorché
Sous les défenses
Me sentant coupable
Et malgré tout
Plein d'innocence

Aimant la vie
Me débattant
Pour de l'espoir

Tu m'as aimé
Pansant mes déchirures
Tu m'as parlé
J'ai entendu

Je t'ai trouvé
Sur ma route
Nos pas se sont rejoints
Pour un bout d'existence

J'ai appris ta mort
J'ai tant de peine

Je suis vivant
Plus ouvert
Même triste
Je garde pour toujours
Les dons que tu m'as faits

C'est humain de pleurer
Me disais-tu
Sans toi
Serais-je ici pour le redire?

Le voyageur épuisé par la nuit et qui demande
du pain, en réalité désire l'aurore.


Martin Luther King


 

Fusains, Euonymus sp., au parc Victoria,
à Québec, à l'automne 2001.
Photo © Bertrand Tremblay 2001

 

"Pour un bout d'existence"
a été publié dans le numéro 4
de la revue Poésie de Québec
(ISSN 1480-1140, novembre 2001).
Ce numéro est disponible
au site de la revue:

www.ose-art.ca/RevuePoesie

 

Appel aux parents et amis de Vincent

Je n'ai aucune photo de mon ami.
Si vous en avez, communiquez
avec moi à l'adresse:

gjrs@upc.qc.ca

Merci.

 


Page hommage créée par Gaston Sylvain, Ph.D.


Page mise à jour le 6 avril 2012


Retour à la page des hommages
Page d'accueil de Gaston Sylvain