La catastrophe de la navette Columbia:
le monde entier en deuil

Propos de Gaston Sylvain, Ph. D.,
2 février 2003

 

Les sept membres de la mission STS-107.
En avant, à partir de la gauche:

Rick D. Husband, commandant de la mission;
Kalpana Chawla, spécialiste de mission
et William C. McCool, pilote.
Debout, à partir de la gauche:
David M. Brown, Laurel B. Clark
et Michael P. Anderson,
tous trois spécialistes de mission,
et Ilan Ramon, astronaute représentant
l'Agence spatiale israélienne.

Photo © NASA, photo officielle
de la mission, octobre 2001 

Hier, le 1er février 2003, la navette Columbia s'est détruite en rentrant dans l'atmosphère.

Sept astronautes, tous dans la quarantaine, sont morts dans cette catastrophe : Rick Husband, William McCool, Michael Anderson, Kalpana Chawla, David Brown, Laurel Clark et Ilan Ramon. La crème de l'humanité. Sept familles blessées dans un monde déchiré. En ce qui me concerne, je tiens à exprimer aux familles dans le deuil, au peuple des États-Unis d'Amérique et à toute l'humanité la peine que j'éprouve en ce jour.

Cet équipage représentait l'alliance de plusieurs peuples, sans discrimination de race, pour l'exploration de notre espace immédiat, celui de notre système solaire. On se bat pour des coins minuscules de notre planète, comme on le fait en Palestine, alors que d'immenses ressources nous attendent, pas si loin de la Terre.

La Terre est belle, ses ressources sont grandes, mais limitées. Elle est malmenée et ses habitants manquent souvent du nécessaire. Il y a beaucoup à faire.

Les guerres ne sont pas la solution. S'emparer des biens des autres n'est pas la solution. Convoiter le pétrole de l'Iraq et le brûler le plus rapidement possible ne nous sauveront pas. Il y a tant à faire et on veut aussi agir comme des êtres humains et responsables.

À cause de cette catastrophe, on va faire comme on a toujours fait. On va retarder les programmes spatiaux. On va couper dans les fonds publics destinés à connaître le monde qui nous entoure. Mais surtout, on ne va pas remettre en question un seul instant les crédits destinés aux armements et à la guerre. Et on accroîtra encore le nombre des victimes de la guerre, on enrichira encore des peuples bien nantis et on appauvrira des populations sans pouvoir.

Quand donc comprendra-t-on que les activités d'exploration spatiale représentent pour nous de magnifiques possibilités d'avenir? Que plusieurs planètes et lunes pleines de richesses mais actuellement dépourvues de vie nous ont été données en héritage dans notre système solaire?

Quand serons-nous assez lucides pour, collectivement, remarquer à quel point nous sommes vulnérables en n'habitant qu'un seul monde? La pollution de la planète, l'effet de serre, l'hiver nucléaire qui succéderaient à la détonation de la bêtise humaine, l'arrivée inopinée d'une météorite énorme, tout cela nous met tous en danger. Nous risquons à tout moment de périr tous.

Tout cela, les sept astronautes morts hier semblent l'avoir compris. C'est à nous maintenant d'en faire autant.

Page des propos

Page d'accueil du site de Gaston Sylvain